aoutat

Le guide de votre bien-être à domicile

Aoutats : piqûres et démangeaisons

Les piqûres d

© Joaquim Alves Gaspar

Les piqûres des larves d’aoûtat se manifestent comme des petits boutons rouges, parfois au milieu d’une zone blanchâtre. Elles provoquent démangeaisons insupportables et causent parfois des allergies.

  1. Les piqûres des larves d’aoûtat
  2. Des démangeaisons intenses et prolongées
  3. Une complication possible : l’allergie

Les piqûres des larves d’aoûtat

Les piqûres de larves d’aoûtat ne sont en général pas isolées : elles sont fréquemment alignées en une série de petits boutons sur la même partie du corps.

En outre, il arrive très souvent, pour ne pas dire toujours, que plusieurs parties du corps soient atteintes simultanément. Les larves d’aoûtats piquent en particulier au niveau des pieds, des chevilles et des jambes, là où l’accès est le plus facile.

Mais on peut tout aussi bien être piqué au niveau de la ceinture et dans les plis de la peau : derrière les genoux, aux poignets, à l’intérieur des bras, à l’aine...

Tous les endroits de la peau un peu comprimés par un élastique ou par un vêtement serré, sont des sources de chaleur moite qui font les délices des larves d’aoûtat.

Les enfants, qui ont parfois tendance à transpirer de la tête, sont souvent piqués dans le cuir chevelu. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le moment où la larve s’agrippe sur la peau de son hôte est indolore.

Par contre, pendant les quelques jours où les larves d’aoûtats séjournent sur la peau de leur hôte humain ou animal, elles secrètent un liquide salivaire très irritant.

Des démangeaisons intenses et prolongées

C’est ce liquide salivaire qui provoque une irritation cutanée suivie d’un prurit.

Les démangeaisons sont parfois légères à modérées, mais le plus souvent intenses, donnant une furieuse envie de se gratter jusqu’au sang, ce qu’il faut bien entendu éviter de faire, sous peine d’infecter les endroits piqués.

Puisque les larves d’aoûtats ne demeurent incrustées dans la peau que peu de temps, on pourrait espérer que la période des démangeaisons soit courte.

Hélas non, le prurit perdure encore plusieurs jours, alors même que la larve s’est décrochée de la peau ! Autrement dit, les larves innombrables et minuscules des aoûtats sont tout à fait capables de gâcher de belles journées d’été et de transformer un repas en plein air, une séance jardinage ou la tonte de la pelouse en autant de moments laissant de durables et cuisants souvenirs.

Une complication possible : l’allergie

Comme toutes les piqûres d’insectes, les piqûres des larves d’aoûtat peuvent dans certains cas se compliquer par l’apparition d’une réaction allergique locale : au lieu de petits boutons, de larges lésions boursouflées apparaissent sur la peau et la rougeur se diffuse.

Les démangeaisons ne laissent plus aucun répit, un ½dème peut même se produire.

Une allergie n’est jamais anodine et nécessite au minimum une visite chez le pharmacien, qui peut délivrer sans ordonnance des antihistaminiques et une pommade à la cortisone.

Cependant, si l’allergie est étendue ou semble sévère, il est fortement conseillé de consulter un médecin, surtout si la personne piquée est un jeune enfant.